Le journal de Sylvian Coudène.
Humeurs, humours, musiques, cinéma, et autres libertés provisoires.
"La gravité est le plaisir des sots"
(Alexandre Vialatte)

lundi 31 mars 2008

Ca, c'est de la chorale !

Un extrait du dvd "J'ai dix ans" consacré au 10ème anniversaire de l'Atelier Musical.

Printemps pourri à l'heure d'été

Ah, Venise !


F. Cabrel (photo AFP)

Marco (quel cabot !), Paul, Arnaud (Tsamère !) et Sylvie Feit + un Coudène en bonus.

Jolie vitrine de bon goût à côté du théâtre.

J'ai bien conscience de n'être pas original en rêvant de ciel bleu : je ne regretterai pas ce mois de mars finissant, froid, humide, où le seul rayon de soleil vint de la déculottée infligée à la droite pour les municipales.
Vers la fin du mois d'avril je ferai un saut à Venise où j'aime me perdre loin du flux des touristes pressés qui s'agglutinent sur le parcours obligé Rialto-Saint Marc-Palais des Doges-Pont des Soupirs.
Cette fois j'y habiterai un studio dans le centre ; je serai donc un peu plus "vénitien".
J'ai à découvrir Torcello, une île aussi "désertique" que possible sur la lagune et, dans Venise même, des coins et recoins qui m'ont échappé lors de mes précédents séjours.
Revoyant, hier, sur Arte, le beau film de James Ivory "Chambre avec vue", la tentation de Florence m'est venue aussi, où j'effectuerai un prochain séjour : comme à Venise, dans la ville des Medicis on ne sait où poser son regard sollicité à chaque pas par un édifice en majesté, une fontaine, un étal, un pan entier de l'histoire, une œuvre d'art léguée à l'humanité.

Il est essentiel pour moi de fuir chaque fois que possible cette "vie TGV" parisienne, ceux qui me côtoient sachant pourtant combien j'ai su adapter "à l'antiboise" mon quotidien dans la capitale.
L'indolence ici n'est pas de mise croit-on ; elle n'est pas de ce siècle pense-t-on alors que la paresse est une garantie de survie dans l'hystérie permanente qui domine ici.
Certes, j'ai bien conscience d'être un privilégié, ayant organisé mon existence de façon à échapper aux stress courants, parcourant mes journées en travaillant chez moi, toujours en musique, rédigeant cette gazette, expédiant les affaires courantes de l'école de musique (actuellement les dossiers de subvention et la préparation des concerts de fin d'année tout de même !), m'attablant quelques instants à mon cher vieux piano, dictaphone à ma portée, errant un moment sur la "toile" à la recherche d'anecdotes et d'images pour alimenter ce journal.
En fin d'après-midi ces cours de piano que je mène un peu à la façon d'un "show" (on ne se refait pas !) me sont devenus nécessaires qui permettent la transmission de la passion, attendant patiemment que les élèves, enfin, dépassent le maître.

Mais je m'égare, tant il est vrai que je répugne à parler de "moi" ici, sachant bien que cette gazette me ressemble, qu'elle me révèle un peu plus à chaque nouveau billet quel que soit le sujet abordé.

Il n'y a aucun disque de Francis Cabrel dans mes rayons.
C'est pourtant un artiste dont j'apprécie l'humilité, dont je pense qu'il ne fut jamais pris dans la tourmente de la "profession" : lui aussi mène son existence à son rythme, ciselant son oeuvre en amoureux des mots et des sons à l'abri du tumulte ambiant.
Il sort un nouvel album à un moment où l'industrie du disque connaît une crise sans précédent.
Comme Alain Bashung dont j'ai entendu des extraits de son nouvel opus qu'il faudra que j'achète (oui, je fais partie de ceux qui achètent encore disques et films !).

L'affaire de la "banderole" déployée lors du match Lens-PSG met une fois de plus en évidence les excès auxquels peuvent se livrer certains supporteurs dans les compétitions sportives.
A chaque fois que l'on est confronté à ce triste spectacle, les ministres et sous-ministres (hier soir, l'inénarrable Laporte) se succèdent sur les plateaux de télé pour condamner, affirmer qu'ils prendront des mesures et annoncer que "ça ne se reproduira plus".
Pendant ce temps, on enlève un misérable point à une équipe dont les partisans ont émis des insultes racistes à l'endroit d'un joueur de couleur.
On vous dit que "cela ne se reproduira plus".

La "fondue chinoise", c'est génial, du moins sur le papier : on vous apporte un réchaud sur lequel est posé une soupière contenant un délicieux bouillon dans lequel on trempe les différents ingrédients (poulet, poisson, calamar, boeuf, crevettes) à introduire à l'aide d'une sorte de panier dans un ordre précis.
C'est excellent mais ça demande de tels efforts que la dégustation du mets relève de la "galère".
Je demande pardon à Angel Ramos Sanchez pour l'y avoir entraîné vu que le plat en question ne peut se consommer qu'à deux et que le brave Angel n'a pas su résister à mes supplications de gourmet voulant découvrir un mets nouveau.
L'opération a permis à nos collègues de scène de bien s'amuser l'autre soir entre matinée et soirée.
Cela ne se reproduira plus.

samedi 29 mars 2008

Les bras croisés


Et ceux là, aurait-il fallu les boycotter ?

Heure brouillée

Ce samedi, il y a neuf chances sur dix pour que nous entendions ce type de propos.
X : - Bon, alors, on avance ou on recule ?
Y : - Pff, c'est pas compliqué à deux heures, y s'ra trois heures !
Z : - Bon alors, demain, au Caveau, on vient en fait à deux heures et demie d'aujourd'hui, quoi.
X : - Ah, ok, j'ai compris : moi, j'avance tout de suite ma montre, comme ça je suis tranquille.
Y : - Mais, non, abruti, sinon tu vas poireauter une heure avant la représentation de cet après-midi.
Etc.

Ça fait quasiment 35 ans que ce système existe qu'on a toujours pas intégré : on est vraiment tous des buses !

Imparable pour être compris : dites simplement qu'on perd une heure de sommeil tonight.

Bon week-end.
Moins une heure ?

Le mal rôde toujours

Au téléphone le 110.
Sur internet, ici : don sécurisé.

vendredi 28 mars 2008

Mort du héros véritable



Richard Widmark est mort le 24 mars à l'âge vénérable de 93 ans.
Figure marquante du cinéma hollywoodien de "l'âge d'or", il interpréta de nombreux personnages marquants du "film noir" (Le carrefour de la mort, Les forbans de la nuit ou Le port de la drogue), tourna de nombreux westerns (La lance brisée, L'homme aux colts d'or, Les cheyennes...), menant sa carrière sous la direction des plus grands cinéastes de son temps (Ford, Minnelli, Preminger, Fuller...).
Ses personnages ne furent jamais des "héros" à cent pour cent, mais de vrais hommes avec leurs failles, et, souvent, leur duplicité.
Dans mon Panthéon, Widmark tient une place de premier plan.
Très grand acteur.

Matt

Vu hier "La vengeance dans la peau" presque en entier.
Je me précipite sur la suite demain.
J'aime bien Matt Damon.
Et m'offre (mais à vous aussi) cet extrait du film de Minghella (récemment décédé), "Le talentueux M. Ripley".
C'est ça, les gens doués : peuvent même chanter presque aussi bien que Chet Baker ! (voir par ailleurs)
Insolent !
Dans cette scène, Ripley joue au piano le thème principal du Stabat Mater de Vivaldi : faut absolument que je me procure la partoche !

jeudi 27 mars 2008

Starck mystique

Ph. Starck pour Alessi *

Parfois futile, j'aime que mon regard s'attarde sur cet objet dans ma cuisine : non seulement agréable mais ingénieux.
Aujourd'hui, son créateur nous fait part de ses angoisses existentielles :

BERLIN (AFP) - 27/03/08 12:20
Philippe Starck trouve le design "inutile" et veut changer de métier.

Le design est totalement inutile, se désole jeudi dans un entretien à un magazine allemand la star française du genre, Philippe Starck, proclamant son intention de changer de métier d'ici deux ans.
"Tout ce que j'ai créé est absolument inutile. D'un point de vue structurel, le design est totalement inutile. Un travail utile, c'est astronome, biologiste ou quelque chose comme ça. Mais le design, ça n'est rien", a dit le créateur âgé de 59 ans au supplément "Leben" de l'hebdomadaire "Die Zeit".
"J'ai essayé de donner à mes produits un peu de sens et d'énergie. Mais même quand j'ai donné le meilleur de moi-même, c'était absurde", ajoute le designer, créateur incontournable depuis les années 1980, qui a dessiné nombre de produits de grande consommation.
"J'ai créé tellement de choses, sans vraiment m'y intéresser. Peut-être toutes ces années ont-elles été nécessaires pour que je me rende compte finalement qu'au fond nous n'avons besoin de rien. Nous possédons toujours trop", selon le créateur.
L'homme n'a besoin de "rien de matériel", seulement de "capacité à aimer", d'"intelligence", d'"humour" et d'"éthique", assure Starck. AFP

Tu me rembourses tout de suite mes chaises, mes tabourets Bubu et mon presse-agrumes !

* C'est une photo publicitaire : en vrai, quand vous avez pressé votre agrume, il y a de la pulpe et des pépins dans les rainures, ce qui est bien normal me direz-vous.
Il faut passer l'objet sous l'eau immédiatement après usage, sinon après, pour le ravoir, je vous dis pas !

La gloire

Kroll, pour "Le Soir" (Belgique).

En sifflotant...

Non rien...

Au pays du matin calme

C'est Luc Sonzogni qui m'a envoyé ces images de la cruauté ordinaire : attention, c'est difficile !

...

mercredi 26 mars 2008

Indécrottable

"S'il y a un problème de style, j'espère que vous apprécierez l'habit que j'ai fait faire pour la soirée royale" (Nicolas Sarkozy, entretien à la BBC avant sa visite à Londres)

mardi 25 mars 2008

Elah, ça fait mal ?

Susan Sarandon et Tommy Lee Jones

Si vous avez vu le film ou le voyez un jour, vous me rendrez justice de ce titre car les concepteurs de cette production américaine ne pouvaient savoir que la traduction de certains dialogues pouvait aboutir à ce jeu de mots très "frenchie" qui donc, sans fausse modestie, vaut mieux que sa première lecture.
Contrairement au cinéma français qui, les décennies passant, n'a pas encore produit LE grand film de fiction sur la guerre d'Algérie, Hollywood n'hésite jamais à traiter à chaud les grands évènements de notre temps.
Ainsi l'horreur du Vietnam a donné naissance à une multitude de films dont les ultra-célèbres "Voyage au bout de l'enfer" de Cimino ou "Apocalypse now" de Coppola.
Reconnaissons donc un courage certain à ces cinéastes d'outre-Atlantique qui n'hésitent pas, souvent, à critiquer avec virulence la politique de leur pays.
"Dans la vallée d'Elah", réalisée par l'un des principaux collaborateurs de Clint Eastwood, Paul Haggis, dénonce l'abominable gestion de l'occupation U.S. de l'Irak après l'invasion de ce pays soupçonné à tort de détenir des "armes de destruction massive".
Les similitudes avec la guerre du Vietnam sont flagrantes, les G.I. pataugeant dans un bourbier inextricable.
Le film de Paul Haggis, sous couvert d'enquête policière, se veut donc dénonciateur de l'horreur, de l'injustice, de la cruauté, de la folie de ces jeunes hommes confrontés à des évènements qui les dépassent.
C'est en soi louable, mais traité d'une manière quelque peu pataude avec des références incessantes à la bible et à la "nation" américaine, car faut pas non plus exagérer.
L'acteur américain "inévitable" du moment, Tommy Lee Jones, est excellent comme d'hab, mais sa partenaire Charlize Theron inspire quelques réserves : on a envie de dire "qu'est-ce-qu'elle joue bien !" et ça c'est très "actrice américaine" d'aujourd'hui, avec cette espèce de jeu "efficace" qui oscille entre l'appuyé et le sobre-à-tout-prix, genre "regardez comme je réfléchis, voyez mon air pénétré" et on s'attend parfois à voir apparaître une petite "ampoule j'ai-une-idée" comme dans les b.d.
Bref, j'ai du mal avec ce genre de jeu très "série".
Heureusement, dans un second rôle, Susan Sarandon vient mettre son grand talent au service de cette production assez rusée.
Evidemment, on est loin de passer un mauvais moments, bien que n'étant pas dupe du procédé scénaristique quelque peu balourd, mais c'est bien parce que c'est lundi de Pâques et qu'un "Spécial Disco" avec Amanda Lear ne nous fera pas allumer une télé de plus en plus souvent muette.

lundi 24 mars 2008

Exploit pianistique

Quand un élève se casse la cheville droite, faut se débrouiller pour actionner la pédale forte !

Pack de Pâques

Envol de pigeon anthropophage sur la terrasse du KFC République

Perrin a offert des oeufs en chocolat : document exceptionnel !

Jean Roucas se paie ma tête en dessin : demain, je vais chez le coiffeur !

Deuxième chaîne

Voilà ce qu'on pouvait voir sur le service public il y a quelques années en "prime" !
Cziffra est l'un des personnages les plus "humains" que j'aie pu rencontrer : cet homme avait connu la déportation et jouait dans les bars de Budapest après la guerre.
C'est dans l'un de ces "bouges" enfumés qu'il fut repéré par un critique musical.
Ses extraordinaires interprétations des "Rhapsodies hongroises" de son compatriote Franz Liszt en firent l'une des stars du piano.
Il choisit la France comme terre d'accueil et j'eus l'immense bonheur de le rencontrer à Juan les Pins pour un cours d'interprétation à l'Académie Marguerite Long.
Bien sûr inoubliable.
Ici, la "Fantaisie Impromptu" de Chopin que je citais dans mon billet précédent :

Michelangeli joue Chopin

L'œuvre (Fantaisie* en fa mineur) est l'une de mes préférées du compositeur.
L'un de mes élèves m'a vu littéralement en transes dernièrement lors du passage en "majeur" qui adopte soudain un tempo de marche rapide.
L'interprétation de Michelangeli rend justice à Chopin : pas de maniérisme, l'humilité au service d'un texte où tout est dit.
Et quelle classe !


*La "fantaisie" est un type d'œuvre assez rare qui ne répond à aucune contrainte de découpage, comme, par exemple, la "sonate". Le compositeur peut y développer plusieurs thèmes, et changer de tempo à loisir.
Mozart en a composé 2.
Outre celle-ci, Chopin a composé une "Fantaisie Impromptu" très célèbre.

dimanche 23 mars 2008

Tu aimeras ton prochain...

Nadine est amour :



Joyeuses Pâques en liberté, égalité, fraternité.

samedi 22 mars 2008

Arturo Brakozy


Branché

C'est plus d'mon âge !

Apéritif au Flore, repas au Coupe Chou, sortie au Rocambole, petit déj' à la Civette, quelle nuit !
(Merci à J.M.K. pour la photo.)

Et bon week end à tous les Pascal (et aux autres aussi...)

Apathique, moi, jamais !

Je mettrai plus gai pour le week-end, mais que cette chanson est belle !


Dick Annegarn : "Coutances"

vendredi 21 mars 2008

Didier promu !

Didier, derrière B.Delanoë (cravate, si ! sur chemise blanche)

Mon copain Didier Guillot a été nommé Adjoint au Maire de Paris pour la "vie étudiante".
Dans le 18ème arrdt., Didier avait bravement défié, en interne, Daniel Vaillant sur ses terres, lequel l'emporta de peu !
Le preux Guillot voit son talent et son militantisme inlassable récompensés.
Tous mes voeux.

Vendredi saint...

... et les anges font pluie-pluie.

Rire contre le racisme

Bouleversant et beau

"Into the wild"
de Sean Penn, avec, ici, Emile Hirsh

A voir toutes affaires cessantes !

Que tout le monde en profite !

Ajouté en commentaire à mon billet précédent :

Tiens les anniversaires sont de mise aujourd’hui
Lourdes, La Tunisie et même on commémore
L’arrivée en Irak des troupes de yankees
La guerre abominable et ses milliers de morts

En France on se souvient du joli mois de Mai
Des dessins enragés de Siné et Cabu
De Ferré, Caussimon et de Bernard Dimey
Bref de la poésie qui était dans la rue

Des Beatles, des Who, des slogans, des jurons
Des drapeaux rouges et noirs, de Daniel Cohn-Bendit
Des canulars anars de Jean Yanne et Choron
P.Q tricolore et pastis dans l’eau bénite

Mais quand je vois ce Roi toqué bourré de tic
Je n’ai plus guère envie de souffler des bougies
Mais plutôt de reprendre un pavé sympathique
Pour écrire au plus vite au burin : « ici gît :
La politique bling-bling et la loi du profit… »

C'est signé Eric Mie qui aurait bien aimé en être...

Nous sommes tous des juifs allemands

Photo Gilles Caron (Gamma)

A travers divers entretiens, débats, documents d'époque, France Inter consacre sa journée au "mouvement du 22 mars", mené par Dany Cohn Bendit, qui aboutit à la révolte de mai 1968.
Les journaux d'information sont ponctués par les "jingle" d'époque, réveillant immanquablement une certaine nostalgie.
La stupidité de certains propos de campagne présidentielle visant à refaçonner l'histoire de France apparaît flagrante en cette journée où se succèdent, aux micros du service public diverses personnalités de toutes obédiences !
Branchez-vous sur la station, c'est trèèèèèèèèèèèèèèèès intéressant !

jeudi 20 mars 2008

mercredi 19 mars 2008

Convictions électorales


C'est plus fort que lui : dans un délirant clin d'oeil à son électorat "âgé/catho", notre vénéré présidounet apparaît se signant à maintes reprises lors de la cérémonie en hommage au "chair à canon/immigré/qu'on me laisse tranquille" Lazare Ponticelli.
On s'égosille à lui hurler que la France est une République laïque et on lui conseille, maintenant qu'il veut donner du temps au temps, de relire la Constitution.

Le montage ci-dessus se passe de commentaires...

Opposition systématique ?

J'ai posté hier un billet (hyper drôle !...) sur Nadine Morano dont le côté bouledogue enragé est exaspérant.
On se souvient entre autres d'une irruption en "squat" lors d'une réunion où était attendue Ségolène Royal.
En revanche, si l'on prend la peine de parcourir l'historique de Mme Morano, on constate que cette sarkozyste de choc affiche en matière d'adoption par les couples homosexuels mais également sur l'euthanasie, des positions que l'on peut qualifier de progressistes.
A suivre donc.
En attendant, à la "famille", c'est toujours mieux que Boutin.

Ajouté à 00:38 :
La nouvelle secrétaire d'Etat chargée de la Famille affirme qu'elle restera fidèle à ses convictions, en contradiction avec celles du chef de l'Etat, mais annonce qu'"en tant que ministre de la Nation", elle doit "appliquer un projet présidentiel d'abord".
C'était trop beau !

Non, ce pays n'est pas pour le vieil homme

Je n'en ferai pas des tonnes sur le film des frères Cohen, découvert hier soir : on effleure le chef-d'œuvre et j'ai déjà dit ici que Bardem est un immense acteur.
Si vous ne l'avez pas encore vu, vous avez droit à ma compassion, car c'est in-dis-pen-sa-ble !
Tout comme "Into the wild" de Sean Penn d'ailleurs.

Famille en péril


"Nadine Morano s'occupera de la famille."

Planquez les mômes !

mardi 18 mars 2008

Bonne nouvelle !

C'est tout pour aujourd'hui.

"My Funny Valentine / Song" Keith Jarrett Trio

Malgré ses caprices de "diva", Jarrett sait faire "sonner" un piano comme personne
(quoique, s'il vient au "Caveau", je lui souhaite bien du plaisir !).
Savourons.

Good Bye, mister Minghella !

Le cinéaste Anthony Minghella vient de mourir à l'âge de 54 ans.
Il réalisa entre autres "Le patient anglais" et, surtout, le formidable "Talentueux M. Ripley" d'après le roman (noir) de Patricia Highsmith.
Ce film est pour moi l'un des meilleurs "polars" américains de ces dix dernières années grâce, notamment, à une b.o. où voisinent les grands standards du jazz (Chet Baker ici !) et le "Stabat Mater" de Vivaldi.
Acteurs en état de grâce (M.Damon, J.Law, K.Blanchett, G.Patrol, Ph. Seymour Hofmann...), photo admirable...

Grosse tête

"Aucune grande décision nationale ne pourra être prise sans tenir compte de l'avis du maire de la 2e ville UMP de France" (Christian Estrosi, maire UMP de Nice, Nice-Matin)

Ute Lemper - Je ne t'aime pas (kurt Weill)

Cadeau.
L'une de mes chansons préférées.

Panadieu !

Françoise de Panafieu renonce à la
mairie du 17 ème !

Ajouté à 16:04 :
L'ex-candidate déclare à l'AFP : (...)"La sociologie parisienne change."
Il était grand temps de le découvrir !

Hou le tricheureuh !

[Battue de 574 voix par le maire sortant de Perpignan, Jean-Paul Alduy (UMP), Jacqueline Amiel-Donat, tête de la liste rassemblant gauche et Modem, va déposer un recours auprès du tribunal administratif et une plainte au pénal pour «fraude» afin d’annuler le scrutin. Une démarche qui intervient après l’interpellation et le placement en garde à vue du président d’un bureau de vote, par ailleurs frère d’un adjoint au maire, attrapé alors qu’il tentait de se débarrasser de douze bulletins de vote dissimulés dans ses poches et ses chaussettes. Selon Jacqueline Amiel-Donat, «de nombreuses autres irrégularités ont été constatées dans les autres bureaux de vote». Hier soir, environ 600 personnes ont manifesté devant l’hôtel de ville pour réclamer la démission d’Alduy.]

(Libération)

Ca, c'est du commentaire !

Commentaire d'Eric Mie sur mon billet d'hier concernant le "modem" :

Bayrou ne se laiss’ pas abattre :
« Oui c’est vrai je me suis fait battre
Pas de pot, je n’ai pas eu Pau
Et nous n’avons pas fait de pot
Avec mes amis du Modem
Dont le bilan est plus que blême
Tout va mal mais je suis content
Car c’est dans mon tempérament

Béarnais des pieds jusqu’en haut
J’ suis entêté, c’est mon défaut
Et quoi qu’il arrive demain
Même si je ne suis plus qu’un
Au sein de mon joli parti
Je garderais ma stratégie
En répétant sans cesse : « Hourra !
C’ n’est pas mal. C’est un premier pas. »


Bayrou c’est le chevalier noir
Dans le film des Monty Pyton
Il n’a plus d’ bras mais gard’ l’espoir
De fesser le cul du p’tit con…


« Le plus important pour moi, c’est le projet, la vision »

Mermi à Cie, donc.

Suppression d'élément

Journée technique, donc : j'ai supprimé le lien (à droite, là) vers le blog de Bertrand Delanoë, puisque, ça y est, il a gagné.
Tous mes amis parisiens ayant voté pour ses listes (ou alors, il y a de sacrés hypocrites !), je pense que Bertrand me doit une part de sa réélection : si je suis pas invité aux commémorations de la mort de Dalida, je ne lui adresse plus la parole ! (pas à Dalida, au maire !)

Et je ne remercie pas la Mairie de Paris pour le mousseux socialiste récurrent : si Panaf avait été élue, on aurait eu du... Taittinger* brut !

* Allusion que seuls vrais parigots peuvent comprendre.

Y'a bon "géolocalisation" !

Ceux qui me connaissent un peu savent à quel point j'aime ce genre de termes barbares.
Je regarde très peu souvent les "statistiques" (en geek = "stats") fourni quotidiennement par xiti, le compteur de visites suffisant à confirmer que ce blogue (na !) ne fonctionne pas en autarcie (parce que, vos commentaires, hein, c'est pas précisément un "forum" !).
Ce matin, avant d'arriver ici, j'ai examiné ledit rapport concernant la journée d'hier où je me suis fendu d'une analyse des municipales que tout l'immeuble m'envie.
Eh bien je peux me pousser du col : cette gazette est internationale, ma chère, puisque je fus lu, hier par 2 visiteurs en Italie (qui ? j'arrive !), 1 résident (ou touriste) en Allemagne, 1 "californien" et 1 "croate" !
Le reste (la majorité) de mes lecteurs se situant en Ile de France et en Provence Alpes Côte d'Azur Corse, ce qui n'étonnera personne si l'on connaît tant soit peu le lascar.
Le plus surprenant, c'est un commentaire venu du Brésil : là, je me dis "super, je me fais des amis, prépare ta valise mon Syl !".
C'était une pub.

lundi 17 mars 2008

Un groupuscule nommé "modem"

Certains membres du modem (et non des moindres, Jean Arthuis par ex.) mettent en cause la "stratégie" de Bayrou pour les municipales.
Morin et autres ex-amis du béarnais ayant rallié la majorité appellent à la naissance d'un vrai "centre".
J'ai une idée pour eux : appelez ça UDF, ça c'est moderne !

Ces quelques fleurs...




De haut en bas :
Rama Yade (Colombes), Gilles de Robien (Amiens), J.M. Cavada (Paris 12), Christine Lagarde (itou), Xavier Darcos (Périgueux).

Branlée :


Encore provisoire :

VILLES DE PLUS DE 20 000 HABITANTS PASSANT DE LA DROITE OU DU MODEM À LA GAUCHE

• Toulouse (Haute-Garonne)
• Strasbourg (Bas-Rhin)
• Reims (Marne)
• Saint-Étienne (Loire)
• Saint-Denis (Réunion)
• Amiens (Somme)
• Metz (Moselle)
• Caen (Calvados)
• Rouen (Seine-Maritime)
• Argenteuil (Val-d’Oise)
• Saint-Paul (Réunion)
• Asnières-sur-Seine (Hauts-de-Seine)
• Colombes (Hauts-de-Seine)
• Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis)
• Quimper (Finistère)
• Valence (Drôme)
• Les Abymes (Guadeloupe)
• La Seyne-sur-Mer (Var)
• Narbonne (Aude)
• Évreux (Eure)
• Laval (Mayenne)
• Brive-la-Gaillarde (Corrèze)
• Blois (Loir-et-Cher)
• Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis)
• Saint-Louis (Réunion)
• Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire)
• Angoulême (Charente)
• Thionville (Moselle)
• Saint-André (Réunion)
• Bourg-en-Bresse (Ain)
• Roanne (Loire)
• Poissy (Yvelines)
• Vierzon (Cher)
• Saint-Chamond (Loire)
• Saint-Benoît (Réunion)
• Dieppe (Seine-Maritime)
• Villepinte (Seine-Saint-Denis)
• Anglet (Pyrénées-Atlantiques)
• Vandœuvre-lès-Nancy (Meurthe-et-Moselle)
• Sens (Yonne)
• Périgueux (Dordogne)
• Soissons (Aisne)
• Alençon (Orne)
• Bergerac (Dordogne)
• Carpentras (Vaucluse)
• Muret (Haute-Garonne)
• Mons-en-Barœul (Nord)
• Montbéliard (Doubs)
• Saintes (Charente-Maritime)
• Abbeville (Somme)
• Dole (Jura)
• Miramas (Bouches-du-Rhône)
• Rodez (Aveyron)
• Cahors (Lot)
• Vernon (Eure)
• Forbach (Moselle)
• Millau (Aveyron)
• Montmorency (Val-d’Oise)
• Schoelcher (Martinique)
• Dax (Landes)
• Mont-Saint-Aignan (Seine-Maritime)
• Voiron (Isère)


VILLES DE PLUS DE 20 000 HABITANTS PASSANT DE LA GAUCHE À LA DROITE OU AU MODEM

• Calais (Pas-de-Calais)
• Gap (Hautes-Alpes)
• Châtellerault (Vienne)
• Agen (Lot-et-Garonne)
• Mont-de-Marsan (Landes)
• Saumur (Maine-et-Loire)
• La Teste-de-Buch (Gironde)
• Chaumont (Haute-Marne)
• Saint-Michel-sur-Orge (Essonne)
• Le Puy-en-Velay (Haute-Loire)


BASCULEMENTS DE VILLES DE PLUS DE 20 000 HABITANTS À L’INTÉRIEUR DE LA GAUCHE

- DU PCF VERS LE PS
• Aubervilliers (Seine-Saint-Denis)
• Pierrefitte-sur-Seine (Seine-Saint-Denis)
• Denain (Nord)
- DU PCF VERS LES VERTS
• Montreuil (Seine-Saint-Denis)
- DU PS OU DU PRG VERS LE PCF
• Villeneuve-Saint-Georges
• Roissy-en-Brie

Super "une" !

A coeur Vaillant...

Daniel Vaillant hier soir, Mairie du XVIII ème. (Photo Sylgazette)

Ça valait bien un gobelet de mousseux et des "bretzel" Leader Price : 72,5 % !
Un homme qui a renvoyé successivement Juppé, Debré et Séguin, penauds, à d'autres occupations ne peut être mauvais.
Promesse fut faite de "venir plus souvent au "Caveau"".

Vague à lames


Gérard Leclerc, journaliste soucieux d'informer (espèce rare ?) n'en démordit pas et revint maintes fois à la charge hier soir face aux Copé, Dati et consorts : le frère de Julien Clerc répétait "victoire de la gauche" aux invités UMP chargés visiblement (mais la ficelle était grosse) de brouiller le jeu.
Concernant Paris où Panafieu prend un revers cinglant, le PS est sur le chemin de la conquête des 15ème et 17ème arrondissements (bravo Anne et Annick !) et sans le pitoyable modémiste Meyer, le 5ème basculait !

Dans mon arrondissement, Daniel Vaillant, ancien ministre de l'Intérieur (vous savez, ce "nul" dont, peu à peu, la droite reprend toutes les idées !), obtient le maigre score de... 72,5 % des voix !
Nous sommes allés le congratuler avec l'ami Olivier Mag, reconnu par un conseiller fraîchement élu qui lui a dit que son sketch du colleur d'affiches l'avait bien fait marrer, lui et ses enfants !
(Voir ici : clicounet )

A Paris, et dans tous les quartiers, Delanoë accroit de façon considérable ses résultats de 2001, pouvant même se permettre d'administrer la capitale avec ses seuls alliés d'avant le premier tour ; ce qu'il ne fera pas, ayant tendu la main aux "verts" entretemps.
La stratégie ridicule du "modem" de Bayrou (qui prend une veste chez lui, à Pau !) trouve dans ces municipales ses limites : encore "merci" à Philippe Meyer qui, par son maintien en égo démesuré, permet à Tibéri de garder sa mairie !

L'arbre marseillais n'aura pas servi à cacher la forêt de grandes villes arrachées à la droite : on savait que le résultat serait serré, et c'est la prime aux "sortants" qui a joué au finish : cette grande ville, passionnante, a choisi de "conserver" une équipe dont les résultats ne sont pourtant pas brillants, surtout sur le plan de l'environnement.
Entre nous soit dit cependant, ce Guérini ne me semblait pas être une fine gâchette...

Je pense, pour terminer là-dessus, à mes potes de Toulouse, Metz, Caen, Amiens (oui, j'ai des amitiés "décentralisées") qui ont dû faire une sacrée nouba hier soir.
Aux antibois qui me lisent, je présente mes condoléances émues (la ville est à droite depuis... Louis XVIII !) et les assure de ma fidélité.

Apparemment, la droite veut rester sourde à cet avertissement (son électorat, s'abstenant, marque ainsi son désappointement), le "président" qui avait tout d'abord annoncé que ce scrutin serait un test national, puis, devant la défaite annoncée, faisant profil bas (on souffle !), attend sans doute que "Carlita" mette au monde un dauphin pour tenter de rebondir.

Les seuls propos vraiment mobilisants, combattifs, volontaires, sont en définitive, hier soir venus de... Ségolène Royal qui a sillonné le pays tout au long de la campagne, mouillant son chemisier, apportant son soutien à tout candidat socialiste la sollicitant ; et il y avait de la demande !
Mais Ségo, s'il te plaît, range le modem et Bayrou dans le placard à balais !

dimanche 16 mars 2008

Quick Time

Vous connaissez sans doute l'affaire dite "de la frite" qui défraie la chronique : une jeune femme intente un procès à Mc Donald's après avoir glissé sur une frite, provoquant une double fracture de la jambe (ou quelque chose comme ça).
On penserait que cet évènement puisse être de nature à servir de leçon aux fournisseurs de mal bouffe.
Votre reporter préféré a pris l'instantané ci-dessous via la vitrine du Quick de la Place de la République.
Certes, le cliché volé à partir d'un "portable espion" n'est pas très net, mais l'on y distinguera sans mal la présence, sur le carrelage douteux, d'un morceau de BF15.
Authentique : la photo a été prise jeudi dernier à 20h22 alors que j'avais repéré le corps du délit à... 17h33 au sortir d'une représentation !
Nous, c'est l'égout !

La vérité sur Adam !

Comme certains hommes d'état consultent des voyantes avant de prendre une décision, certains artistes anticléricaux de gauche, dédaignant le marc de café, préfèrent chercher l'inspiration dans la lecture des étiquettes de produits frelatés.
En voici la preuve irréfutable :
Sur notre photo (DR), le comique croupier Paul Adam, très satisfait, vient de trouver les premiers mots de sa nouvelle saynète.
Deux heures après lecture des 11 autres produits du casier, un nouveau sketch verra le jour :
"Saint Emilion, on s'en b.t les c......s et Sar...y auzi" qui fait se gausser le public venu du "Bistrot Romain".

Indiscrétions

Il est temps de dénoncer les conditions de travail anachroniques au Caveau de la République.
D'humiliantes corvées sont imposées aux artistes stagiaires dont ne nous ne dévoilons ici qu'un aspect : nous disposons de photos de certains aspirants prises à la dérobée que le respect dû à toute personne nous interdit de publier.
Ici, le jeune fantaisiste Marco (qui aura droit, à l'issue de son stage à un vrai nom de scène) est contraint de repasser les vêtements de ses camarades qu'il a au préalable lavé à la main et séché au sèche-cheveux.
Seule concession, les T'shirt d'O. Perrin sont confiés à une entreprise spécialisée, la cruauté humaine ayant ses limites.


On lit le désarroi dans les yeux du jeune artiste contraint aux tâches les plus humiliantes.
Petit détail : la prise électrique à laquelle est reliée le fer a été désactivée par la direction.
La victime ne le sait pas encore.

samedi 15 mars 2008

Martinon, non, non, non, non


PARIS (Reuters) - Le porte-parole de l'Elysée David Martinon s'est vu sèchement notifier son limogeage par Nicolas Sarkozy vendredi dernier à Bruxelles, en marge d'un déplacement du chef de l'Etat pour une réunion du Conseil européen, écrit le journal Le Monde. "Tu ne fais plus partie du dispositif", lui aurait déclaré le président. Il lui aurait été demandé de ne plus se montrer sur les images de télévision dans la foulée du président. Cette mesure fait partie des modifications de l'équipe présidentielle décidées par Nicolas Sarkozy en prévision de l'après-municipales. L'énarque, protégé de l'ancienne épouse de Nicolas Sarkozy Cécilia, avait été désigné dans cette fonction après l'élection présidentielle de 2007. La majorité est menacée d'une défaite au second tour des élections dimanche. Franck Louvrier, conseiller en communication de Nicolas Sarkozy, devrait reprendre des tâches plus importantes. La fonction de porte-parole pourrait être reprise par Jean-David Levitte, actuel conseiller diplomatique élyséen, pour les questions internationales et par le secrétaire général de la présidence Claude Guéant pour le reste, écrit Le Monde. Les "points de presse" hebdomadaires seraient amenés à disparaître. David Martinon avait déjà dû abandonner le 11 février, en raison de sondages défavorables et d'une campagne jugée médiocre, la candidature UMP à la mairie de Neuilly, l'ancien fief électoral de Nicolas Sarkozy. Selon la presse, il pourrait être nommé consul général à New York. Thierry Lévêque

Colleur d'affiches

Quand on milite pour l'UMP, difficile d'afficher sur la dalle d'Argenteuil ou dans le 93.
Un extrait du sketch d'Olivier Mag :

vendredi 14 mars 2008

Mais qu'elle se taise !

Le président de l'Association pour le droit de mourir dans la dignité (ADMD) Jean-Luc Romero a dénoncé vendredi 14 mars dans un communiqué les "propos scandaleux" de Christine Boutin et demandé que "le gouvernement se passe de ses services" en cas de remaniement ministériel.
Jeudi, la ministre du Logement Christine Boutin, interrogée sur RMC, a affirmé être "scandalisée qu'on puisse envisager de donner la mort à cette femme parce qu'elle souffre et qu'elle est difforme".
Selon Jean-Luc Romero, "Christine Boutin a tenu hier (jeudi) et dans l'indifférence générale, des propos scandaleux sur Chantal Sébire (...) alors qu'elle ne connaît absolument pas (son) dossier médical".

Source : nouvelobs.com

En embuscade



A suivre...

Colleur d'affiches de l'UMP !

Avant sa mise en ligne sur "dailymotion" et autres "youtube", voyez un extrait du "Colleur d'affiches de Sarkozy" par Olivier Mag : cliquons !

Beurk 3 (suite)

On a retrouvé Shrek, absent du tableau précédent :


jeudi 13 mars 2008

Sondage débat

Sondage "20 minutes" sur 4146 personnes : Qui vous a convaincu ?
B.Delanoë : 55,93 %
F. de Panafieu : 12,71 %
L.Ferrari (l'animatrice) : 15,63 % (!)
Aucun des trois : 15,73 %

Je vous l'emballe ?

Dimanche, portez le coup de grâce !



Dimanche prochain, mettez la claque finale : votez !

Beurk 3


Flagrant, non ?

"Je vous prends au sérieux, Madame de panafieu !"


Elle pense avoir trouvé le truc, Françoise : ne jamais regarder en face l'adversaire et afficher un sourire "émail diamant" permanent.
Face aux arguments imparables du Maire de Paris, qui lui glisse au passage que ses chiffres à lui proviennent de la Préfecture de Police qu'on ne peut soupçonner de mansuétude envers la majorité de gauche du conseil de Paris, la candidate, qui sait la partie perdue, joue son va-tout, énumérant une série de mensonges flagrants au point que, connaissant notre Bertrand, je me demande un instant s'il ne va pas exploser.
On sent bien que B.Delanoë bouillonne intérieurement, maudissant ce débat à la con arbitré par une journaliste-animatrice dont la seule préoccupation réside dans le temps de parole de chacun.
Ainsi, chaque thème important est survolé car la trotteuse fait loi.
De cet échange auquel le Maire, cet homme pressé, s'ennuie de sacrifier, on se lasse rapidement, éteignant le téléviseur, vaguement écœuré par la morgue et l'impolitesse de cette mijaurée qui prétend diriger la capitale avec une "équipe" qui ramènerait aux errements de la triste période Chirac-Tibéri.
Valises sous les yeux, teint terreux, Bertrand, lui, est ailleurs : il bosse, lui.

On me dit que, sur les ondes, le débat Gaudin/Guérini fut autrement amusant. Une sorte de duel Panisse/César que je regrette ne de pas avoir entendu, ayant affaire, hier soir, à des comiques vraiment drôles !

mercredi 12 mars 2008

Pilsner Urquell - Bedřich Smetana -Má vlast Vltava (Moldau)

La bière en question, pour sa publicité, joue sur la popularité de "La Moldau" et de l'illustre musicien tchèque.

(Voir aussi "La Moldau, c'est ça !")

Duel télévisé Panafieu/Delanoë

Ce soir à 6 heures 25, sur Canal+, en clair, débat B.D / P.D.F (la daube acrobate).
On regardera : les occasions de rigoler sont rares ces temps-ci.

Viva Zapatero


Je ne vous l'ai pas dit mais je suis hyper-méga content du succès de Zapatero en Espagne.
Il y a du Zapata et du Zorro dans le bonhomme.
Il prouve, comme autrefois Badinter pour l'abolition de la peine de mort, que certaines réformes impopulaires au départ, peuvent ensuite entraîner l'adhésion pour peu qu'un réel travail d'explication s'accomplisse.
Champagne, Pedro !*

*Almodovar, cinéaste expert ès "movida".

Je me drogue

Martyrisé (si !) depuis quelques semaines par d'épouvantables (plaignez moi, j'adore ça !) névralgies (ou autre chose, car pour l'heure, la médecine se tâte) qui m'inclineraient à me saisir d'un marteau (syndrome dit "de Cloclo") pour me calmer, j'ai suivi la prescription d'un spécialiste de la bouche (un "stomatologue", ça s'appelle) qui m'a filé un médoc destiné à "relaxer les muscles" nuitamment.
Génial : première nuit de sommeil complète depuis des semaines !
But ("mais", en français) j'ai sous les yeux la notice qui accompagne les comprimés salvateurs et lis : risque de dépendance : ce médicament peut entraîner, surtout en cas d'utilisation prolongée, un état de dépendance physique et psychique (...) l'arrêt du médicament peut provoquer l'apparition d'un phénomène de sevrage caractérisé par par l'apparition (...) de signes tels qu'anxiété, insomnie (?), douleurs musculaires (re ?), agitation, irritabilité, maux de têtes (re-re ?) engourdissement ou picotement (joli !) des extrémités (lesquelles ?), une sensibilité anormale au bruit, à la lumière ou aux contacts physiques (ah non, pas ça !) etc (c'est écrit etc.).
Si j'allais voir un homéopathe ?

PLUS QUE 1514 JOURS

Comme les vrais journalistes Raphaël Garrigos et Isabelle Robert dans leur excellent blog instants télé, je décompterai dorénavant le temps nous séparant de la fin de l'actuel quinquennat, comme je l'ai fait au Caveau de la République pendant les fêtes de fin d'année.

Réflexions

C'est à Prague.